Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871)

Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871)

Officiers et soldats des carabiniers (1679-1871)

De la première compagnie de carabiniers levée dans chaque régiment - les meilleurs tireurs sont dotés d'une carabine à canon rayé, gage de précision - voulue par louis XIV, en 1690, aux flamboyants carabiniers de la Garde Impériale de Napoléon III disparus dans la défaite e de 1870, cet ouvrage retrace l'histoire glorieuse de l'élite de la cavalerie française illustrée par les 61 planches d'uniformes d'André Jouineau. Le Premier Empire tient, bien évidemment , la part la plus importante du propos des auteurs.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Avions et pilotes des Jets allemands de la Seconde Guerre Mondiale

Avions et pilotes des Jets allemands de la Seconde Guerre Mondiale

Avions et pilotes des Jets allemands de la Seconde Guerre Mondiale

Compte Eric Le Maitre sur le blog andre-jouineau.fr Messagerie : webmaster@andre-jouineau.fr Mot de passe : N5WShKzsWQW(TIbKu1y(SoV L'Allemagne est non seulement la première nation à avoir fait vole un appareil à réaction (le Heinkel He 178, en août 1939), mai surtout le seul pays engagé dans le Second Conflit mondial à avoir produit en grande série et surtout à avoir engagé au combat plusieurs types d'appareils utilisant ce mode de propulsion, ouvrant ainsi la voie à la guerre aérienne telle que nous la connaissons aujourd'hui.
Ce nouveau volume de la collection " Avions & Pilotes ", qui laisse volontairement de côté la myriade de projets d'avions à réaction imaginés en Allemagne tout au long du conflit et dont la très grande majorité ne dépassa même pas le stade de la planche à dessin. n'est consacré qu'aux seules machines construites en nombre suffisant pour être utilisées de façon opérationnelle. Le chasseur-fusée Messerschmitt 163, plus dangereux pour ses pilotes que pour ses adversaires, le biréacteur Arado 234, meilleur avion de reconnaissance que bombardier, pourtant son rôle initial, le Heinkel He 162, le " chasseur du peuple ", construit en un temps record mais qui arriva trop tard pour prouver l'efficacité du concept.
et surtout le Messerschmitt 262, véritable vedette de la chasse allemande pendant la dernière année de la guerre, et dont le palmarès impressionnant laisse penser qu'il aurait peut-être pu avoir une réelle influence sur cette dernière si sa mise en service n'avait pas été considérablement retardée par d'innombrables problèmes techniques, doublés un temps par de grossières erreurs de stratégie.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Austerlitz, le soleil de l’Aigle – François-Guy Hourtoulle & André Jouineau

Austerlitz, le soleil de l'Aigle

Austerlitz, le soleil de l'Aigle

A Austerlitz, ces professionnels, fanatiques de leur Empereur qu'ils aiment et admirent, n'ont fait qu'une bouchée des recrues novices de certains régiments qui leur étaient opposés. Leur qualité a compensé leur infériorité numérique et Napoléon n'aurait pas dû oublier que cet outil est nécessaire pour obtenir la victoire, le détail de leurs citations est étonnant. Cet outil d'exception forgé au camp de Boulogne et dans les campagnes de la Révolution risque de se dégrader progressivement, même si le génie du grand chef reste intact. Cette usure progressive, les pertes en officiers et en cadres fidèles, va se faire, aggravée par l'erreur espagnole, et l'on verra se développer les réfractaires, les déserteurs surtout dans les conscrits peu motivés, prélevés sur les pays conquis. Mais ce 2 décembre 1805, il n'y a dans la Grande Armée que s héros, des vétérans et des "braves" criant très fort : "Vive Empereur" ! Ils ont bien mérité que Napoléon leur dise : "Soldats !Je suis content de vous !"

Disponible sur le site Amazon.fr !

Le passage de la Bérézina – Une victoire dans la déroute – François-Guy Hourtoulle & André Jouineau

Le passage de la Bérézina - Une victoire dans la déroute

Le passage de la Bérézina – Une victoire dans la déroute

La Bérézina présente, dans la mémoire française, comme dans son inconscient, l'image d'un désastre sans précédent ni limites. Elle symbolise la chute irrémédiable d'une armée dans les ténèbres de la défaite et de l'anéantissement. L'imagerie populaire ou romantique a dépeint cet événement sous ses aspects les plus sombres, les plus terribles et les plus ahurissants. Abyssale tombe de la Grande Armée, la Bérézina marque la fin de la domination française sur le continent européen.
Hégémonie déjà contestée dans la Péninsule ibérique par les Anglais et leurs alliés espagnols et portugais. Le soldat n'obéit plus à son sergent ou à son officier, lorsqu'il en a encore. Il n'y a plus de bataillons, de régiments, de divisions. Ce n'est plus une armée, c'est un corps sans squelette ni cerveau. C'est un mourant qui n'en finit pas d'agoniser, et que la Bérézina finit d'achever. Dans un premier temps, ce franchissement est une manoeuvre de diversion aux yeux de l'ennemi et de franchissement d'un obstacle linéaire majeur, une rivière.
Dans un second temps, la Bérézina est une bataille. Elle est livrée sur les deux rives de la rivière. Cette bataille de la Bérézina s'achève par une victoire : hormis les traînards qui n'ont pas voulu franchir les ponts lorsque cela était possible et qui seront pris, l'armée française a contenu, voire repoussé son ennemie russe. La retraite peut continuer sans que la Bérézina se transforme en ce piège mortel qu'a souhaité Koutousov.
La Bérézina est bien une victoire française.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Officiers et soldats des Guides & Gardes des généraux en chef, 1792-1816 – Didier Davin & André Jouineau

Officiers et soldats des Guides & Gardes des généraux en chef, 1792-1816 - Didier Davin & André Jouineau

Officiers et soldats des Guides & Gardes des généraux en chef, 1792-1816

Les guides, formés par les nécessités de la guerre auprès des états-majors (rôle d’escorte, de garde, de transmission) devinrent rapidement l’objet de la sollicitude des généraux, reflet du prestige militaire de leurs chefs et véritable garde prétorienne. La plus parfaite de ces évolutions étant celle des guides de Bonaparte — avec Bessières à leur tête — un des noyaux de la future Garde Impériale. Les guides seront présents dans presque toutes les armées de la République, du Consulat et de l’Empire, et pourtant ils sont aujourd’hui encore largement oubliés. Ils ont servis des chefs aux noms prestigieux, l’Empereur le premier.Partout où la République, puis l’Empire, plantèrent les drapeaux tricolores, ils étaient présents.Ce seizième volume répare l’injustice faite à ces soldats d’élite.

Disponible sur le site Amazon.fr !

L’aviation française, 1939-1942, chasse, bombardement, reconnaissance et observation – Dominique Breffort & André Jouineau

L'aviation française, 1939-1942, chasse, bombardement, reconnaissance et observation - Dominique Breffort & André Jouineau

L'aviation française, 1939-1942, chasse, bombardement, reconnaissance et observation

En mai 1940, contraitrement aux idées reçues la France possédait beaucoup d’avions, délicat mélange de machines périmées et donc vulnérables, et d’avions réellement modernes, mais en nombre trop faible et dont les défauts de jeunesse n’avaient souvent pas été éliminés. Cet ouvrage - réédition augmentée des deux volumes de la collection Avions & Pilotes portant le même titre - dresse un panorama complet des avions d’armes de la période s’étendant du début du Second Conflit mondial à la dissolution de l’aviation du régime de Vichy. D’Amiot à Potez, tous les chasseurs, bombardiers, appareils de reconnaissance et d’observation utilisés par l’Armée de l’Air entre 1939 et 1942, qu’ils aient été produits en France ou achetés à l’étranger sont présentés par ordre alphabétique, panorama complété par une présentation des principaux prototypes effectivement fabriqués mais qui ne connurent pas la production en série en raison des circonstances.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Officiers et soldats de l’armée française de 1940 – André Jouineau

Officiers et soldats de l'armée française de 1940 - André Jouineau

Officiers et soldats de l'armée française de 1940

Ce treizième ouvrage de la collection « Officiers et soldats » présente l’armée française de la « Drôle de guerre » et de la campagne de France de mai-juin 1940. Suite du travail — entamé il y a deux ans par André Jouineau dans les deux volumes de la série abordant les armées de 1914-1918— consacré à la présentation quasi exhaustive des uniformes et des tenues de l’armée française des deux conflits mondiaux, ce volume ne présente pas moins de 300 uniformes sur près de 60 planches en couleurs, plusieurs dizaines d’insignes et vues d’équipement. Une attention toute particulière est portée sur la description du groupe de combat et des groupes de servants des armes collectives.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Avions et pilotes des Messerschmitt Me 110 de 1939 à 1945

Les chasseurs bimoteurs Messerschmitt, 1939-1945

Les chasseurs bimoteurs Messerschmitt Bf 110, Me 210 et 410, 1939-1945

Le Messerschmitt Bf 110, élégant bimoteur au fuselage effilé, naquit au milieu des années trente, à une époque où les principales armées de l’Air souhaitaient se doter d’un chasseur à la fois endurant et puissamment armé. Après des débuts relativement convaincants en Pologne, en septembre 1939, les unités de « Zerstörer » (destructeur), pourtant composées de l’élite de la chasse allemande, connurent un rapide déclin ponctué de lourdes pertes, si bien qu’à la fin de la Bataille d’Angleterre, à peine un an après sa mise en service, il fut décidé de retirer le Bf 110 du service et de cesser sa production. Après l’échec du Me 210, son successeur désigné, le Bf 110 connut une seconde carrière dans un rôle pour lequel il n’avait pas été prévu, la chasse de nuit. Et l’on doit dire que cette seconde carrière fut infiniment plus glorieuse pour le Zerstörer. En effet, dans ce nouvel emploi, le bimoteur, dont la production fut maintenue jusqu’à la fin du conflit, s’avéra un redoutable adversaire pour les appareils alliés, puisqu’il obtint davantage de victoires non seulement que les autres chasseurs de nuit de la Luftwaffe, mais aussi que l’ensemble des avions de ce type de toutes les armées de l’Air engagées dans la Seconde Guerre mondiale.

Disponible sur le site Amazon.fr !

Ouverture de la boutique Images de Soldats

Bonjour à toutes et à tous,

La première version de la boutique Images de Soldats et de son forum sont à présent officiellement ouverts, vous pouvez d’ores et déjà poster vos questions, vos suggestions et vos messages d’encouragement, nous essayerons de vous répondre dans les plus brefs délais.

Cordialement,
André Jouineau & Eric Le Maître

Officiers et soldats de la Garde Impériale, tome 5: le train d’artillerie, le train des équipages, l’administration, le service de santé, l’état-major

Officiers et soldats de la Garde Impériale, tome 5

Officiers et soldats de la Garde Impériale, tome 5: le train d'artillerie, le train des équipages, l'administration, le service de santé, l'état-major

Avec ce cinquième volume s’achève notre passage en revue de la Garde Impériale. Nous commencerons par la suite du chapitre consacré à l’artillerie à cheval de la Garde. Nous aborderons ensuite des unités trop souvent mal aimées des historiens militaires, le train d’artillerie et le train des équipages. Une armée n’est rien sans soutien logistique et celle de l’Empereur n’aurait pu conquérir l’Europe sans les conducteurs du train dont le courage et l’abnégation, dans des circonstances souvent difficiles, lui permirent de vaincre. Nous évoquerons ensuite l’administration de la Garde dont les commissaires des guerres, les inspecteurs aux revues et leurs personnels durent, pendant quinze années, habiller, équiper et approvisionner la glorieuse phalange. Puis seront abordés les problèmes du service de santé qui, grâce à l’admirable Larrey et ses célèbres ambulances volantes, sut apporter aux blessés des secours plus efficaces et plus rapides sur les champs de bataille. Nous terminerons par l’état-major, élément indispensable à la conduite des opérations, avec les adjudants-commandants, leurs adjoints et leurs infatigables aides de camp. Sans oublier, bien sûr, les fameux officiers d’ordonnance, à l’activité débordante, qui furent les « yeux », les « oreilles » et la « voix » de l’Empereur.

Disponible sur le site Amazon.fr !